Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 270
MessageSujet: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 15:56


Thaïs Gaia


© Serenity


JE FUS...
.

©Serenity
Fils/Fille de Inconnu.
Âge: 17 ans
Origine: Inconnue, élevée comme une Athénienne

Rang Social: Orpheline, Thaïs fut élevée par des prostitués. Des métèques pour la plupart, elle se considère un peu comme elle, une étrangère intégrée à la cité. Très modeste, elle travaille en tant que lavandière. Pourtant, elle possède une éducation étonnante pour sa situation. Elle se réjouit de l'arrivée de la démocratie qui, même si elle ne comprend pas entièrement, pourra changer les choses.

Quel Dieu vénéré ? Pourquoi ? Thaïs vénère Aphrodite déesse des plaisirs et de la beauté comme le faisait les femmes qui l'ont élevée. Elle adresse aussi parfois ses prières à Gaïa, la terre créatrice qui, selon elle, connait toutes les réponses à ses questions.

Craignez-vous la colère des Dieux ? Oui, comme tous les athéniens moyens elle est superstitieuse et craint que la colère des dieux s'abatte sur elle. Elle a cependant parfois tendance à oublier qu'ils la surveillent.


IL Y A FORT LONGTEMPS...
.

« Je t’en pris, Minos reviens ! »
Il ne l’écoutait pas. Il avait presque déjà franchis le mur d’enceinte quand elle arriva à sa hauteur.
« C’est dangereux, ne sort pas ! »
Elle chuchotait, le fait même d’être dehors à une heure aussi tardive était déjà trop d’aventure pour elle. Être découverte la terrorisait, son cœur battait si fort contre sa poitrine qu’elle pensait défaillir d’un instant à l’autre. Jetant des coups d’œil aux alentours, elle suivait son ami en trottinant derrière lui pour suivre son allure.
« Rentrons, je t’en pris, tout cela commence à me faire peur.
- Téthys tu es vraiment trop trouillarde. »
Elle était surtout vraiment trop stupide de le suivre ainsi. Elle frissonna, la nuit était douce mais un vent léger circulait dans les ruelles étroites. Resserrant la mince étoffe de lin autour de ses épaules, elle se résigna à le suivre.
La nuit était brillante et se reflétait sur la toge immaculée de Minos. Il avait entendu des histoires, des histoires de bêtes féroces qui déchiquète et dévore la chair des imprudents. Il voulait en avoir le cœur net. Stupide égo masculin qui poussait tout éphèbe à vouloir faire ses preuves. Ils étaient bien engagés dans la campagne à présent. Tout était calme. Pas de bêtes sauvages aux serres acérées à l’horizon. Thétys jeta un coup d’œil vers l’acropole surplombant la ville, le temple d’Athéna se détachant nettement au clair de lune. Que penseraient les dieux d’une telle escapade nocturne ?

« Minos, nous devrions … »

Un cri.
Elle s’arrêta net, la peur pétrifiant chacun de ses membres. Le cœur au bord des lèvres, elle aurait voulu courir à s’en arracher les poumons, mais elle était incapable du moindre mouvement.
Minos n’était pas dans une meilleure posture. Son courage s’était évaporé en un instant et il n’osait pas faire un pas vers l’origine du bruit.
Un second cri, plus distinct cette fois. Encore un cri, venant du champ d’olivier situé à une centaine de mètres.

Il murmura :

« Tu penses que c’est la sphinx ? »

Mais Téthys était déjà partie. Non ce n’était certainement pas la Sphynx. Encore moins un monstre. Elle avait déjà entendue ce cri des dizaines et des dizaines de fois.

Ce n’était pas une créature de légende. Emmitouflé dans une petite couverture blanche, déposé à même le sol, c’était un bébé.



« Thaïs dégage de là, tu fais peur aux clients. »

Xérès n'avait jamais été un homme très diplomate. Il était pourtant un homme bon. Aussi bon que pouvais l'être un proxénète en tout cas. Elle lui lança un regard en coin, assise sur le comptoir. Âgé d'une cinquantaine d'année, il gérait cet établissement depuis des décennies. La maison close la plus célèbre d'Athénes. Un endroit relativement propre et décent pour faire ce genre de choses, sombre, avec des espaces exigüe séparé par des drapés de couleurs chaudes pour un minimum d'intimité.

Une petite main frêle avait tapé à la porte, il y a quelques années et les filles qui vivaient ici 24 heures sur 24 avait découvert au milieu de la nuit un amas de chiffons sur le perron. C'était une petite fille, elle devait avoir quelques semaines à peines. Enroulé dans une couverture, elle dormait paisiblement. Figéne, la plus âgée, ramassa le bambin. Un visage laiteux ou se dessiner de délicates constellations de taches de rousseurs, quelques cheveux flamboyant sur le sommet du crane, cette enfant n'était certainement pas une Athénienne.

C’était assez inhabituel de déposer un enfant devant la porte d’une maison close. Ils auraient pu l’abandonner, devant un temple, sur les marches du sénat ou à tout autre endroit plus ou moins respectable que la porte d’un lupanar. Mais il n’y avait personne, et en tant que femme et mère pour certaine, laisser une enfant, seule dans la rue était impensable. Si elle n’était pas Athénienne, et la couleur de ses cheveux en faisait largement douté, elle serait certainement esclave. Prostitué ou esclave dans une maison noble, les deux se valait.

Le lendemain, Xéres avait découvert l'enfant. Les filles pensaient la garder, l'élever avec les autres enfants de prostitués, l'empêcher de trainer dans la rue et mourir parmi tous les orphelins qui vivaient dehors. Elles y avaient réfléchis, toute la nuit, elles en avaient parlé. Xérès était d'accord, a la seule condition qu'elle rapporte de l'argent.

Elles l'avaient appelé Thaïs, comme la courtisane qui avait fait tomber Alexandre. Gaïa en l'honneur de la terre l'avaient vu naitre, symbole du mystère de son identité, « nous venons tous de la terre et nous y retournerons. »

Les enfants des prostitués étaient des accidents avec des clients qu'elles n'avaient pas pu éviter. Elle était la fille de toutes, jouant et grandissant avec ses frères et soeurs de laits, nourri aux mêmes seins et élevé ensemble. La maison close était situé sur le port, face à la mer, attirant les marins de toute la méditerranée, des citoyens, pauvres ou riches, des jeunes et des vieux à la recherche de bras accueillants. Thaïs n'appréciait pas cet endroit qui sentait la luxure et le vice.

Pourtant, c'était sa maison. Enfin ce qui s'y apparentait le plus. Avec celles qu'elle considérait comme ses mères. Une meute de femme, au nombre changeant, mais au même noyau dur, des métèques pour la plupart, des femmes abandonnées par leur famille, des veuves sans le sous ou des esclaves sans maîtres.

Et il y avait Xéres. La seule figure masculine qui en valait la peine. Elle avait vu des dizaines, des centaines, des milliers d'hommes assise sur le comptoir de l'entrée, comptant la recette du jour, essayant de ne pas entendre les bruits provenant d'un peu plus loin. Elle ne considérait pas Xéres comme un père, il était plus comme un oncle protecteur. Il tentait de faire tourner son affaire, honnêtement. Un métier comme un autre.





« Ils disent que c'est ta mère.

- Et bien alors ils mentent et c'est tout ! »

Elle envoya un nouveau cailloux dans la mer avec un air rageur, sa canne à péche calé entre les jambes, ses orteils effleurant l'eau froide.

« Thaïs... »

Le regard noir qu'elle lança à Démes le fit taire bien vite. Fils de Figéne et d'un marin romain, il avait toujours considéré Thaïs comme sa soeur, tentant de l'aider dans sa quête d'identité, défendant la jeune fille contres les histoires douloureuses qui circulaient à son sujet dans les rues d'Athènes. On la disait fille de prostitué, enfant illégitime d'une quelconque famille, fille d'un dieu qui en aurait eu honte, on l'aurait abandonné par peur que sa couleur de cheveux soi une malédiction. Elle était la personnification de ceci, la réincarnation de cela.

Ne pas savoir était pire que tout. Un mystère de plus dans la plus mystérieuse des cités. Et cela la rendait instable. Lunatique, il lui arrivait de passer d'un état normal à une crise d'hystérie incontrôlable. Les rumeurs et les ragots étaient un poids dur à peser. Elle pensait qu'avec le temps, les Athéniens s'habitueraient à sa présence. Mais au plus elle grandissait, au plus les gens parlaient.

« Réfléchis y Thaïs, ce n'est pas si illogique. »

La dernière en date ? Elle était la fille d'une esclave celte et d'un marchant de tissus qui l'auraient abandonné des années auparavant. On aurait croisé une chevelure comme la sienne sur le marché aux esclaves et la rumeur avait commencé.

« Cette femme n'est PAS ma mère Démes. »

Celte, elle l'était certainement. Avec un tel physique, son ethnie ne laissait pas vraiment planer de doutes. Si celle que la rumeur disait être sa mère possédait une chevelure flamboyante comme la sienne, la logique aurait voulue que cela se passe autrement. Les enfants illégitimes n'étaient pas si rares, les hommes avaient le droit de fréquenter leurs esclaves. Mais surtout, au nom des dieux, pourquoi sa mère si elle était encore en vie l'aurait elle laissait à la porte d'une maison close ?

Ce n'était que des commérages de femmes à qui l'action manquait, enfermées dans leurs gynécées.

Elles étaient pathétiques. Elles les haïssaient au plus profond d'elle-même. La colère commençait à lui empourpré les joues. Ces femmes qui n'avaient jamais eu à se battre, qui n'avait jamais connue la faim ni la privation, qui n'avait jamais vu la violence et qui pour sortir de leurs quotidien barbant inventer des histoires. Des histoires sur celle qui vivaient libre. Elle n'aurait échangé sa vie pour rien au monde. Pourtant, parfois, elle allait jouer dans les quartiers riches ou espionner le temple des prêtresses. Une vie qu'elle aurait pu avoir si les choses avaient été différente. Si elle avait été à Sparte ou née à Rome. Elle tenta de se calmer. Dèmes n'était en rien responsable de sa situation.

« Et puis si elle est vraiment ma mère et qu'elle veut me retrouver, elle viendra d'elle-même. »

L'esclave aux cheveux de feu ne se montra jamais et la rumeur fut enterrée, au côté des nombreuses autres qui coururent à un moment ou à un autre sur Thaïs.




« Je veux celle-ci »

Un doigt crasseux tendu vers elle. Cela devait finir par arriver un jour. En grandissant, elle était devenue plutôt jolie. Atypique, différente des latines et leurs cheveux sombres. Rousse aux yeux bleus, de discrètes taches de rousseur sur une peau à la pâleur de lait. Elle était menue et pas bien grande pour son âge, sa puberté à peine entamé l'avait transformé bien vite et des courbes délicates se dessinaient déjà sous son chiton.

Xéres savait qu'un jour un client demanderait à l'avoir. Parfois il était même surpris que cela n'est pas été fait plus tôt. Certain homme aimait les très jeunes filles. Elle avait 11 ans à présent. Pas encore une femme, bien trop jeune pour être marié.

Il n'avait jamais vraiment réfléchis à la manière dont il réagirait lorsqu'un homme la voudrait. Il l'avait accueillit ici sans arrières pensées. Cela semblait évident qu'elle finirait par travailler pour lui. Il n'avait pas réalisé qu'a force de la voir grandir, il s'attacherait à elle de cette manière.

Inconsciemment, il avait toujours eu l'ambition de lui trouver un mari pour la sortir d'ici. Il avait bon espoir. Elle était intelligente et jolie. Un peu sauvage et indomptable, mais c'était le rôle du mari de tenir sa femme. Il lui souhaitait bon courage. A force de trainer dans les rues d'Athènes elle avait acquis une certaine éducation. Notamment auprès Anthea Hippatie, qui tentait tant bien que mal de faire d'elle une jeune fille respectable, allant même jusqu'à tenter de lui apprendre à lire.

A présent qu'un homme voulait payer pour l'avoir, un homme vieux et sale, l'idée le répugnait.

« Désolé, elle n'est pas disponible. »

Il ne pensait pas un jour renoncer à de l'argent.



Thaïs le regarda incrédule. Elle était prête à le faire, elle n'était pas stupide et savait que tout cela finirait ainsi. Que les années d'insouciances s'envoleraient lorsqu'un doigt se pointerait sur elle. Elle espérait juste qu'il serait propre et pas trop vieux. Alors, quand Xéres refusa, l'incompréhension la gagna. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Elle n'était pas assez jolie, pas assez bien ?

L'homme protesta, il avait l'argent pour payer sa virginité si c'était le problème. Mais non, c'était définitivement non. Xéres la fit sortir et l'emmena marcher quelques minutes sur le port. Elle était hors d'elle.

« J'aurais très bien pu le faire !

- Je sais Thaïs.

- Alors ...

- Écoute-moi, j'ai entendu qu'ils recherchaient des lavandières sur le marché. Va y de ma part et trouve toi un travail. Je t'ai laissé rester à condition que tu me rapportes de l'argent. Tu peux rester ici bien entendue. Mais tu ne travailleras pas pour moi.

- Mais...

- Ne discute pas. »



« Respecte ta place jeune fille. »

Le sénateur la regarda avec condescendance, surpris qu'elle ait osé lui demander de s'excuser après qu'il l'ait bousculé. Elle attendait, assise sur une des marches de l'assemblée, elle attendait qu'Anthéa sorte enfin. Elle avait rongé ses ongles jusqu'au sang, ses mains déjà abimé par les longues heures de lavage du linge tremblaient. C'était un jour historique. Les murmures dans les rues ne laissaient pas place au doute.

Et quand ils sortirent, les visages irradient comme un soleil. Elle comprit alors. La démocratie était en place. Si elle ne comprenait pas tous les tenants et les aboutissant, elle avait pourtant compris grâce à la culture que tentait de lui enseigner Anthéa, que cela ne pouvait être qu'une bonne chose. Elle serra la mère d'Athènes dans ses bras, fit la fête aux milieux des badauds, elle bu plus que de raisons, embrassa des inconnus et des inconnues qui lui dirent qu'elle était belle et pour une fois elle pensait qu'ils disaient vrai, engaillardit par le vin, elle passa une très bonne soirée.

Même si elle ne comprenait pas tout, elle pouvait déjà sentir le changement d'atmosphère dans la cité.

Et si la colère des dieux devait s'abattre sur eux, elle pria pour que cela ce fassent un autre jour.

Pour le moment elle était heureuse.


QUELQU'UN.
.

Pseudo et Âge: Lou, 19 ans
Sexe: Feminin
Célébrité choisie: Rachel Hurd Wood
Comment avez-vous connu le forum ? Comment le trouvez-vous ? J’ai suivi la grossesse et la naissance =3 Et bien entendu, je le trouve magnifique.

Présence: 4 /7
Code du règlement ?
Spoiler:
 


Dernière édition par Thaïs Gaia le Dim 12 Sep - 19:17, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 874
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 16:00

♥ ! C'est tout ce que j'ai à te dire ♥.




EDIT : Je l'aime ton titre mouah xD ! ♥


Dernière édition par Dorian Fabius le Dim 12 Sep - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 335
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 16:00

    Bienvenue sur AM
    Et bon courage pour ta fiche x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 16:01

Bienvenue et bon courage pour ta fiche (:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 99
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 16:27

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 881
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 16:49

Bienvenue. <3

Bon courage pour faire ta fiche.

_________________
    It is said some lives are linked across Time. They are connected by an ancient calling that echoes through the ages. Something called DESTINY. © livejournal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 304
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 17:58

    Bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 18:10

Bienvenue ! =)
Revenir en haut Aller en bas

Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 18:19

    Owwwwh. Belle ♥️
    Bienvenue sur le forum, bon courage pour le reste de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 19:08

Bienvenue ici !!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 270
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Dim 12 Sep - 19:10

Voilà, j'ai finis Smile

PS : Je décline toute responsabilité sur le titre de ce sujet ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 881
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    Lun 13 Sep - 10:10

Très bonne fiche Thaïs, j'aime. *-*

Tu es validée. Wink
Tu peux maintenant poster et voter pour les top-sites.

Bon jeu !

_________________
    It is said some lives are linked across Time. They are connected by an ancient calling that echoes through the ages. Something called DESTINY. © livejournal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé.
MessageSujet: Re: Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin    

Revenir en haut Aller en bas
 

Thaïs Gaia ♠ Like a Virgin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La fédération Belge de la fourrure attaque GAIA en justice
» DEAL WITH WHO'S THE OLD VIRGIN?
» Le culte de Gaia
» [Terminé] Infirmière Gaia , pour vous servir ~
» Chroniques de Grand Gaia - du 11/11 au 25/11
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
ATHENIENS, ATHENIENNES
 :: Manuscrit de recensement :: Installés
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit