CHRISTOS ♣ another one bites the dust.
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CHRISTOS ♣ another one bites the dust.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 99
MessageSujet: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Sam 28 Aoû - 14:32


Christos Anthony


© BloodycooKie


JE FUS...
.

©LJ
Fils de Pallas.
Âge : 27 ans.
Origine : Athénienne.
Rang Social : Christos est issu d'une classe assez pauvre. La démocratie est plus ou moins terra incognita, son père l'ayant davantage élevé pour être un bon artisan qu'un bon citoyen. Il est conscient d'avoir cette chance d'être libre et d'avoir des droits, mais la politique n'est pas ce qui lui importe le plus. Il pense que c'est un domaine réservé aux riches, qui sont davantage écoutés que les pauvres.
Quel Dieu vénéré ? Pourquoi ? Athéna, la protectrice de sa ville natale. Il la vénère et la respecte bien plus que les autres dieux. Déesse de la sagesse, femme indépendante et guerrière, elle a tous les atouts pour plaire et guider un Christos dans le besoin de conseils. Il prie énormément pour Arès également, le dieu de la guerre. Cela dit, quel soldat partirait en guerre sans avoir eu une pensée à l'attention de ce dernier ? Ce sont les deux divinités que le jeune homme loue le plus.
Craignez-vous la colère des Dieux ? Oui, non, oui ? Christos ne les craint pas plus que cela ; certes, leur colère est redoutable, mais quel pouvoir a-t-il face à cela ? Ils lui ont déjà enlevé un être cher, il n'a pas peur qu'ils lui ôtent encore quelque chose. Sa vie ou celle d'un autre, qu'importe. Les dieux sont maîtres des destins, les humains ne sont que leur création après tout. Et puis, ne sont-ils pas en partie responsables de leur colère ? Les châtiments qu'ils préparent sont parfois mérités. Christos n'est pas le plus religieux des Athéniens, et doute énormément des dieux.

IL Y A FORT LONGTEMPS...
.
« Néphélie, reviens ! Tu n’as pas le droit de déranger les prêtresses d’Athéna ! » Criait un petit garçon, du haut de ses huit ans, à sa parfaite réplique féminine. Une fillette éclata de rire, ses sandales de bois à la main. Son regard brun était rivé sur les immenses colonnes du Parthénon, devant lequel elle paraissait exagérément minuscule. Elle se détourna du temple, toujours subjuguée par sa grandeur, et posa ses yeux malicieux sur son frère, essoufflé. Poursuivre Néphélie dans l’Acropole d’Athènes relevait de la course olympique ! La petite fille connaissait tous les raccourcis de la ville, et son endurance n’avait pas d’égal. Elle était bien meilleure que son jumeau, qui peinait souvent à la suivre dans ses audacieuses aventures. Christos arriva à sa hauteur, un regard interrogateur tourné vers sa sœur ; il était bien rare que Néphélie se mêle, de près ou de loin, à ce qui touchait la religion. Elle priait de mauvaise grâce et, malgré son jeune âge, était persuadée que les dieux étaient sourds à leurs appels de simples humains. « Je serais prêtresse. » Déclara fermement la fillette. Christos, d’abord surpris, éclata de rire, avant de répondre, entre deux hoquets, « toi, prêtresse ? C’est impossible. Pourquoi tu serais prêtresse, d’abord ? » Piquée au vif, sa sœur lui jeta un coup d’œil arrogant avant de se poster devant lui. « Parce qu’aucun homme ne saura jamais autant me comprendre que toi, alors je m’en remets aux dieux. » Coi, Christos ne sut quoi répondre. Les jumeaux de Pallas partageaient une complicité rare, une relation fusionnelle, plus forte que n’importe quoi. Ensemble, ils étaient invincibles : le monde leur appartenait. Le silence qui était tombé entre les deux petits Athéniens fut rompu par la voix chantante et sereine de Néphélie : « Je n’appartiens qu’à toi, mon frère adoré. Seuls les dieux peuvent nous séparer, alors autant être à leurs cotés. » Puis elle lui attrapa la main, un rire cristallin s’échappant de ses lèvres. « On fait la course ? Le premier arrivé à la maison ? » À peine eut-il entendu ces dernières paroles, la petite s’envolait déjà, pieds nus, vers le marché.

Pallas était un modeste artisan, dont le petit commerce passait de père en fils. Sa famille n’était pas la plus riche d’Athènes, mais ils survivaient. Homme ambitieux et sévère, il vivait par procuration à travers ses deux enfants, persuadé qu’il parviendrait à leur offrir une meilleure vie et surtout ses rêves, ses projets, ce qu’il n’avait jamais réussi à accomplir. Il voyait en Néphélie une parfaite épouse, sa joliesse pouvait aisément lui permettre d’attirer de riches citoyens. Quant à Christos, il reprendrait l’affaire familiale et la reconvertirait en commerce, de quoi redorer le blason de la famille. L’épouse de Pallas, Leda, représentait parfaitement l’archétype de la femme Athénienne moyenne : peu instruite, très soumise, elle pensait ce que son mari pensait, elle disait ce que son mari disait, elle s’occupait de ses enfants comme son mari voulait qu’elle s’en occupe, et n’osait jamais contredire Pallas. Jamais. Même quand celui-ci se montrait violent envers leurs enfants ou elle-même. Car, oui, cet homme n’était pas un exemple de droiture… Ancien soldat, il était méprisé de beaucoup et les mauvaises langues se déliaient derrière son passage, se moquant de son pauvre travail d’artisan, davantage réservé aux métèques ou aux esclaves, ou encore de la façon qu’il avait de se comporter en société, avec une arrogance rare. La demeure de Pallas n’était pas un havre de paix, loin de là. Le héros de notre histoire, Christos, entretenait de très mauvais rapports avec son paternel, et ce n’était qu’un euphémisme. Il haïssait sa manière d’être, il haïssait ce personnage répugnant qui l’avait mis au monde, il était révolté à l’idée de penser que ce père, qu’il détestait tant, et lui partageaient le même sang. Or, il fallait croire que les dieux n’approuvaient certainement pas la haine d’un fils envers son père… Ou l’inverse ?

« Tu n’es pas digne de moi, et tu ne le seras jamais. Regarde-toi, Christos ! Tu n’es qu’une déception ! À seulement… treize ans ! »
« La déception d’une autre déception ? Si c’est le cas, alors je considère vos dires comme un compliment. »
« Imbécile ! C’est ta faute si notre famille dépérit ! Tu m’entends ? Tu te bats avec tous les prétendants de ta sœur, et tu refuses de reprendre mon commerce ! Tu es un fardeau ! Un fardeau ! » Vociféra son père, une veine gonflée apparaissant peu à peu au niveau de son front. Ses yeux étaient injectés de sang… ou de haine. Trop, c’en était trop. Christos saisit une des bougies qui éclairaient la pièce, en menaçant Pallas. Ce dernier ricana. « Sais-tu ce que les meurtriers endurent ? Et puis, pourquoi m’inquiète-je ? Tu es trop chétif pour faire quoique ce soit. Tout ce que tu touches se transforme en échec. » L’adolescent se sentait déstabilisé, et empli de colère. Tremblant, il recula légèrement. « Peut-être parce que l’échec est héréditaire. » Siffla-t-il, tandis que son père avançait vers lui. « Que comptes-tu faire avec une misérable bougie ? Me brûler vif ? » Interrogea narquoisement Pallas, une main tendue pour que son fils daigne lui rendre son ‘arme’. Christos fit alors une erreur.
Une seule erreur.
Il fit deux pas en arrière, seulement deux, et se cogna malencontreusement contre le coin d’une table. La douleur passagère qui en résulta l’obligea à lâcher la bougie. Ni le fils ni le père ne furent capables de la rattraper avant qu’elle ne tombe au sol, aux pieds de la table. Le bois vieilli prit immédiatement feu, avant de se répandre sur l’habit de Christos. Leda et Néphélie hurlèrent à l’étage, lorsque les premières fumées sortirent par les fenêtres. La maison de Pallas n’avait pas de fondations solides, et malheureusement, malgré les appels désespérés à l’attention des dieux, aucun miracle ne se produisit. Les flammes léchaient les murs, qui s’effondraient lentement, avant de se propager vers l’étage. Le père empoigna son fils par la nuque et le jeta presque dans la rue, au milieu des habitants du quartier amassés devant la porte, certains souhaitant prêter main forte et d’autres criant. Leda et sa fille tentèrent de s’enfuir à leur tour, mais la jeune femme fit un malaise à cause des émanations de fumée. Pallas la sortit à son tour, quelques secondes avant que la maison ne s’effondre. « CHRISTOS ! » Fut l’ultime hurlement désespéré de Néphélie, coincée sous les décombres…

Le jeune homme perdit une partie de lui-même dans cet incendie et, rongé par la culpabilité, ne put réussir à faire son deuil. Hanté par cette nuit tragique, il refusa toujours d’admettre que l’accident est de sa faute et renie cette responsabilité au profit de son père, qu’il jugeait en partie responsable. N’était-ce pas lui qui l’a provoqué ? N’était-ce pas lui qui a commis plus de péchés que n’importe quel autre ? N’était-ce pas lui qui méritait, plus que tout autre, d’être puni par les dieux ? Christos continua d’être gangrené par les remords et ce vide qu’avait laissé la mort dramatique de sa jumelle. Le comble de sa souffrance fut de constater que Pallas se servait du décès accidentel de sa fille pour attirer la compassion du quartier. Beaucoup changèrent d’avis le concernant, pris d’un élan de pitié envers ce pauvre homme qui venait de perdre toute sa vie dans un incendie, ainsi que sa « très chère petite fille ». Leda s’effaçait, aveugle face à la détresse de son fils chéri, sourde à ses suppliques et muette devant ses questions. La figure maternelle qu’il avait tant admirée ces dernières années, sur laquelle il s’était reposé, n’était plus qu’un vague souvenir. Sa mère était vide, un corps creux. Le cri déchirant de sa sœur hantait les cauchemars de Christos, alors il décida d’aller de l’avant. Il ne pouvait plus vivre pour un fantôme. « J’implore votre pitié… Donnez-moi la force de continuer… Aidez-moi à expier mes fautes. » Redoublant de prières pour les dieux, le jeune homme n’y trouvait pourtant pas l’apaisement qu’il cherchait. Après son éphébie, il travailla un temps pour son père, le regard vide et les gestes machinaux. Rien ne l’intéressait, dans cette vie « après-Néphélie ». Travailler pour Pallas était un supplice. Son commerce fonctionnait mal, l’argent se faisait rare sous leur toit, et plus d’une fois, des disputes à ce sujet éclatèrent entre le père et le fils ennemis.

À vingt-et-un ans, il envoya paître une énième fois son père et entra dans l’armée, en qualité de gymnète, ses revenus étant bien trop modestes pour s’octroyer une tenue d’hoplite. Peu de monde aurait parié sur un soldat tel que le jeune homme, qui paraissait plus taillé pour assurer le commerce de son père plutôt que pour décimer des ennemis… « Je me demande bien ce que tu sais faire, Christos. L’épée paraît trop lourde pour toi… » Ricana l’un de ses compagnons d’armes. L’interpellé lui jeta un regard glacial avant de répliquer « En es-tu sûr ? » Demanda-t-il, stoïque malgré son agacement. « Et bien… » L’individu tenta de lui assener un coup de glaive – plus ou moins factice – que le fils de Pallas évita en se jetant sur le coté. Il dégaina sa propre épée, un genou posé à terre, et bloqua la deuxième attaque de son adversaire. S’en suivit un combat endiablé entre les deux fantassins, avant que Christos ne bloque le bras du provocateur, lui infligeant par la même occasion un croc-en-jambe du plus bel effet. « Idiot. » Cracha-t-il dans un murmure. Le jeune homme est un soldat qui a énormément appris, au cours des dernières années, mais s’il est respecté au milieu des siens, revenu à Athènes, il ne rate jamais une occasion de participer aux fêtes et de redevenir cet homme paré de tous les défauts de la terre. Porteur d’un bien lourd secret, il se sait condamné par les dieux pour une faute qu’il n’a pas su racheter, alors il profite, du mieux qu’il peut, de sa vie plus ou moins décadente.

« Je n’appartiens qu’à toi, mon frère adoré. Seuls les dieux peuvent nous séparer, alors autant être à leurs cotés. » Et une fois qu’ils nous ont séparés, ma Néphélie, que dois-je faire ? Les renier pour la souffrance qu’ils m’ont causée ? Les servir pour mon salut ? Les dieux ont-ils toujours raison ? Prennent-ils toujours de bonnes décisions ? Dois-je douter de ma foi ? Ils ne répondent pas aux interrogations, préférant punir le soupçon.

QUELQUE CHOSE OU...
.
♦️ Il finira comme son père. Méprisé et méprisant. Proche.
Christos est un battant : compétition et détermination coulent dans ses veines. Affreusement têtu, limite impulsif, il ne démord pas facilement des causes lui tenant à cœur. Il déteste rester sur un échec qui est, d’ailleurs, un mot n’existant pas dans son vocabulaire. Il ne craint aucunement la concurrence ; il se convainc toujours qu’il saura venir à bout de ses adversaires. Sûr de ses choix, l’Athénien en a fait sa marque de fabrique. Beaucoup manque de confiance en soi, alors que lui pourrait partager la sienne, qui suinte par tous les pores de sa peau. C’est sa façon propre de se donner du courage, de la motivation. S’il se persuade qu’il peut y arriver, il y arrivera. N’ayant pas peur de dégainer les coups bas, Christos n’a pas froid aux yeux quand la situation l’exige. Son calme a été maintes fois remarqué, et ses coups de sang également. Il perd très facilement patience et n’hésite pas à taper du poing sur la table si c’est nécessaire. Certains maintiennent qu’il est lunatique au possible et que ses sautes d’humeur sont redoutables ; laissons les déblatérer, Christos n’a cure de l’opinion des autres. Son orgueil n’a d’égal, il défend bec et ongles sa fierté. Parfois présomptueux, il est théoriquement impossible qu’il n’ait pas raison.
Cela dit, ne l’y méprenez pas, le jeune homme n’est pas un modèle, et sous certains aspects, il est absolument détestable. Il a beau être persévérant et doté de qualités louables, il n’est pas facilement cernable et très contradictoire dans sa manière de faire ou d’être. Ainsi, lorsqu’il n’est pas en guerre, Christos est un bon-vivant (trop même) qui aime passer du temps à vider des amphores en compagnie de ses amis ou séduire de jolies athéniennes. Quand il s’agit de faire rougir une femme, le soldat est loin d’être le dernier. De sa bouche coulent de belles paroles, toutes plus galantes les unes que les autres, mais en réalité vides de sens ; il se sert de son talent d’orateur pour parvenir à ses fins, ce qui fait de lui un fin manipulateur. Il joue aux dépens des autres sans craindre les répercussions qu’il pourrait y avoir. Il aime prendre des risques et l’inconnu.
Malin, Christos sait se débrouiller seul, n’étant pas très riches, ses parents s’affairaient davantage avec leur argent qu’avec leurs enfants. Le petit garçon et l’adolescent qu’il fut étaient très indépendants, ce qui n’a pas changé lors de sa transition en adulte. Paradoxalement, il est paresseux, affreusement même. Du moins, dans sa vie athénienne, il a besoin que quelqu’un d’autre fasse le sale boulot à sa place et malgré ses faibles revenus, il ne s’est pas gêné pour employer un esclave qu’il paye au petit bonheur la chance. Pour se justifier, Christos n’hésite pas à faire preuve de mauvaise foi en expliquant qu’après des mois de combat acharné, il a le droit de se reposer chez lui. De plus, il aime avoir le pouvoir sur les autres – ce qui est une tâche ardue lorsque l’on est juste un fantassin léger – et avoir un esclave gonfle son orgueil.
Enigmatique, un voile de mystère plane sur sa vie. S’il est très habile pour dire aux autres ce qu’ils veulent entendre, il prend garde à ne jamais déraper. Il reste discret quant à son passé, n’en parlant que très rarement. Il part du principe qu’il faut aller de l’avant, quoiqu’il arrive. Le passé n’a pas sa place dans le futur, même s’il sait que tôt ou tard, il sera forcé de faire face à ses erreurs…

♦️ Je ne supporte pas de le regarder. Le voir, c'est voir Néphélie. Leda, sa mère.
Souriant et adorable. Son visage invite à la sympathie, malgré son air d’enfant égaré. Les apparences sont-elles vraiment trompeuses ? Certainement… oui. Et Christos en est la preuve flagrante, il est loin de l’image qu’il projette, il est loin d’être ce petit oiseau tombé du nid, au contraire. Les yeux déterminés et l’air impassible, il n’est en aucun cas l’homme-enfant à protéger en permanence. Très charismatique, son sourire charmeur désarme et son regard brun, légèrement plissé, désappointe par la maturité qui s’en dégage. Il a un je ne sais quoi particulier, ce quelque chose qui force l’attention. On peut se perdre dans ses yeux pétillants de malice ou de mélancolie et partager sa peine lorsque son joli sourire est absent.
Morphologiquement parlant, Christos entre dans la norme, avoisinant les un mètre quatre-vingt. Il n’a pas développé quinze kilogrammes de musculature ; a contrario, il est plutôt svelte. Adolescent chétif, les moqueries fusaient pendant son éphébie. Il n’avait pas la carrure d’un soldat grec, mais il a su tirer profit de son physique filiforme en développant une grande agilité et un don pour l’endurance, ce qui est utile pour sauver sa peau sur le terrain.

QUELQU'UN.
.

Pseudo et Âge : Mushy, 16 yo.
Sexe : *cherche une façon de le dire originalement* Euh... Oh et puis zut, je suis une mademoiselle. *sort*
Célébrité choisie : JGL, le magnifique.
Comment avez-vous connu le forum ? Comment le trouvez-vous ? Un concours de circonstances voyez-vous. Je m'ennuie, je suis sur AE, je tombe sur un sujet, ça m'intéresse... Et puis voilà. ^^ Je le trouve très beau, vraiment. Les PV sont intéressants, l'histoire, et ce design ! I love you (Diane et Gemma, comment résister ?)
Code du règlement ?
Spoiler:
 


Dernière édition par Christos Anthony le Dim 29 Aoû - 16:23, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 335
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Sam 28 Aoû - 14:34

    Bienvenuuuue
    Bon choix d'avatar *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 99
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Sam 28 Aoû - 15:44

Merci I love you !
Rha, oui, Joseph Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 881
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Sam 28 Aoû - 16:12

Bienvenue à toi !

Bon courage pour faire ta fiche. Wink
très bon choix. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 874
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Sam 28 Aoû - 20:36

Bienvenue *_* !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 304
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Dim 29 Aoû - 9:20

    Bienvenue :DD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité.
Invité
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Dim 29 Aoû - 12:31

Bienvenuuuuue !
Dites, j'vais vous paraître inculte mais ... c'est qui le monsieur sur l'avatar ? *SBAFF*
J'ai réfléchit toute la nuit ,et j'arrive pas à voir où il pourrait être xD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 335
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Dim 29 Aoû - 12:32

    Inception ! 500 jours ensemble ! Corbaaaan, tu me déçois xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 99
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Dim 29 Aoû - 16:27

Merci à tous ! I love you Je pense avoir terminé. ^^
Et je plussoie pour 500 jours ensemble et Inception, qui sont à voir. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 881
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   Dim 29 Aoû - 16:44

Bravo pour ta fiche, je ne vois pas de raison pour ne pas te valider. Wink

Tu peux désormais poster dans l'ensemble du forum. N'hésite pas à voter pour l'ensemble des top-sites. Wink
Je reste à disposition pour toute question.

Bon jeu à toi Christos. Smile

_________________
    It is said some lives are linked across Time. They are connected by an ancient calling that echoes through the ages. Something called DESTINY. © livejournal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé.
MessageSujet: Re: CHRISTOS ♣ another one bites the dust.   

Revenir en haut Aller en bas
 

CHRISTOS ♣ another one bites the dust.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Another bizut bites the dust
» another one bites the dust
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» DUST : 1947, les alliés ont merdé : la 2ème GM n'est pas finie.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
ATHENIENS, ATHENIENNES
 :: Manuscrit de recensement :: Installés
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit