Tentons de s"y retrouver | PV Dorian
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tentons de s"y retrouver | PV Dorian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité.
Invité
MessageSujet: Tentons de s"y retrouver | PV Dorian   Mer 20 Juil - 15:50

Voilà maintenant plusieurs jours que Flavie avait quitter Rome pour rejoindre Athènes. Pourquoi une Romaine pourrait elle avoir envie d'aller en Grèce ?! Et bien, pour une raison assez simple en fait. Flavie est une aventurière dans l'âme, et rester enfermer, devoir passer tout le reste de sa vie dans un seul endroit c'est pas son truc. A Rome, Flavie connaît tout. Les coutumes, les habitudes, les traditions ... tout. Elle a tout simplement envie de voir quelque chose de nouveau, d'apprendre des choses nouvelles ... Et ce n'est pas en restant dans un pays qu'elle connaît par cœur qu'elle pourra satisfaire sa soif d'apprendre et d'aventure. Alors oui, elle est parti fâcher avec ses parents, mais ça n'a pas vraiment d'importance. Ils n'ont jamais vraiment compris les envies et les rêve de leur fille. Depuis qu'ils appartiennent maintenant à la "haute société", ils ont perdu les propres valeurs qu'ils avaient inculqués à leur enfants. Seulement, Flavie elle, ne les a pas oublier. Alors qu'importe ce qu'ils peuvent penser d'elle.

Son départ la soulagea. La joie de pouvoir partir, de pouvoir réaliser ses rêves la transporter, si bien que le fait de savoir qu'elle allait apprendre des tas de nouvelles choses lui rendirent le voyage moins long et plutôt agréable. Son arrivée à Athènes se passa elle aussi plutôt bien. Même si ont remarque plutôt facilement que Flavie n'est pas Grec mais Romaine. Elle a tout de même réussi à se faire quelques amis. Elle qui penser que ce serait plus difficile. Mais finalement, elle ne regrette pas son voyage jusqu'ici. Quelques Athéniens viennent vers elle pour lui poser des questions sur Rome. Et ça ne la dérange vraiment pas de pouvoir parler des traditions de son pays avec des gens qui veulent savoir comment est la vie à Rome. Partager son savoir lui fait plaisir, et sur le nombre de personnes qu'elle connaît ici et avec qui elle s'entend plutôt bien, elle aime partager ce savoir. Et, de leurs côtés, les Athéniens lui en apprennent plus sur les traditions et les modes de vie Grecs.

Aujourd'hui, Flavie s'est levée de bonne heure. En fait, comme les après midi sont plutôt chaud, elle profite de la fraîcheur matinale pour se rendre dans le Quartiers des Commerces. Là bas elle apprendre beaucoup sur le mode de vie culinaire des Grecs et notamment des Athéniens. Même tôt le matin, les rues sont quasi pleine. Les odeurs de divers produits s’imprègnent dans les rues d'Athènes. Flavie voit la vie des Athéniens sous ses yeux. Elle ne manque pas de relever chaque petits mouvements, chaque paroles, chaque odeurs qui attise sa curiosité. Pour combler cette curiosité, elle se rend au premier étale qu'elle croise ... Celui des épices. Pourquoi ne pas commencer par là ?! S'approchant, se faufilant parmi la foule, la jeune femme arrive à se frayer un chemin et se trouver une place pour se poser devant l'étale des épices. De ses yeux elles observe chacune des couleurs qui inonde l'étale, et regarde les étiquetage ... Cependant, tout ces produits, toutes ces couleurs, ces odeurs ... elle se sent un peu perdue, ça n'a rien a voir avec Rome ... Alors que choisir de bon sans prendre le risque de d'acheter un produit qui la rendrait malade par faute de dosage ou de cuisson ?!

Flavie aimerait bien demander de l'aide, mais le jeune homme qui tient l'étale est déjà occuper avec des clients ... et elle doute fort que tout ces gens accepte de l'aider, et elle préfère éviter de leur demander quoi que ce soit à propos des produits sans que ces gens ne s'offensent ...

*Eh bien Flavie, on dirait que tu vas devoir te débrouiller toute seule*
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 874
MessageSujet: Re: Tentons de s"y retrouver | PV Dorian   Mer 20 Juil - 17:26

    On ne peut pas dire que l’arrivée de Dorian à Athènes fut merveilleuse. Mais au fil des jours, il apprenait à apprécier chaque instant loin de Rome. Rome. Elle semblait si loin, sa ville natale. Loin de tout, loin de lui. Un long soupir s’échappa de ses lèvres. Une main en visière, il observa l’Agora ; il y avait déjà tellement de monde. Une chance pour lui qu’il ne faisait pas encore très chaud. Le jeune esclave passa une main sur son front pour essuyer les premières goutes de sueur qui commençaient à perler. Malgré tout, il avait froid aux extrémités de ses membres. Quel paradoxe… Il cligna des yeux, tentant en vain de ne pas se rendormir. Non pas que la nuit était difficile, bien au contraire ! Il avait tellement bien dormi que le réveil en fut affreux. Or, tout pouvait être mieux et plus agréable que de rester dans la même pièce qu’un maitre en train de décuver. Ce que Christos pouvait être exécrable lorsqu’il décuvait… Une véritable torture pour ses oreilles et ses membres engourdis. Dorian prit une grande bouffée d’air, laissant l’oxygène pénétrer chacun de ses organes, chaque pore de sa peau, chaque petite parcelle de son corps, priant les Dieux de lui offrir un courage certain pour se faufiler à travers cette foule.

    Parfois, son agoraphobie le reprenait. Parfois même, il en cauchemardait durant des jours. Et tous ces yeux qui se posaient sur lui, le déshabillant du regard, le déstabilisant au plus profond de son être, le jaugeant comme un animal apeuré face aux humains qu’il ne serait jamais. Le jeune homme préféra secouer la tête et occulter tout ça. Il n’avait même pas pénétrer le quartier des commerces qu’il commençait déjà à paniquer. Pathétique. Il pinça les lèvres et marcha d’un pas décidé. Décidé à devenir un peu plus fort. Un peu. Pieds nus, foulant les pavés athéniens pleins de graviers et de poussière, il grimaçait, espérant que cela ne se voit pas.

    Les étalages commençaient à se ressembler de plus en plus. Depuis sa venue à Athènes, il avait apprit à tour reconnaitre, à apprendre, à mieux sentir et à goûter quand cela lui était possible. Chaque produit était différent. Cependant, tout commencer à se ressembler et à s’uniformiser. Les athéniens n’avaient-ils donc plus d’imagination pour finir par faire comme le voisin ? Dorian leva les yeux au ciel. Des étalages de même couleur, le même bois ou marbre, les mêmes étoffes… Il soupira de lassitude en ramenant la petite besace en peau de bête contre son torse. Soudain, une odeur lui chatouilla les narines. Il dut faire tout son possible pour ne pas éternuer. Son index sous son nez, il coupa sa respiration en plissant fermement les yeux. Une fois passa, il expira fortement avant d’ouvrir en grand ses yeux bleus. Il reconnaitrait entre mille cet étalage près de lui ; celui des épices, rare étalage à faire preuve de créativité. Les épices n’étaient pas classées par goût ou pour leur piquant, mais par couleur. La graduation des couleurs dorées, ambrées, rougeâtres voire brique était superbe. Un léger sourire s’afficha sur son visage faiblard. Il pouvait reconnaitre le cumin ou encore les épices de curry qui restaient à porter de vue dans d’énormes sacs de toiles.

    Dorian passa sa langue sur ses lèvres. Il est vrai que son maitre n’avait pas trop de quoi s’offrir de la viande mais, celle-ci accompagnée d’un peu de racines de gingembre ne ferait pas de mal. Fenouil, feuilles de laurier, baies et autres plantes aromatiques le faisaient rêver de nouvelles destinations. Tous ce qu’elles avaient pu traverser et endurer. Les voyages en bateaux ou à cheval, les vents et les marrées. Elles avaient tellement d’histoire que l’on pourrait en parler durant des heures, les conter ou même les écrire.

    Lentement, sa tête se tourna sur le côté. Une jeune femme, aussi émerveillée que lui, semblait hésitante sur certains produits. Dorian pencha la tête, relevant un sourcil intrigué. En plus d’être hésitante, elle semblait totalement perdue. Ses longs cheveux blonds, retenus par une broche ornée de pierres, retombaient en boucle contre ses épaules et sur sa nuque. Rares étaient les femmes à Athènes arborant des cheveux couleur or. Il regarda tour à tour la jeune femme et les épices dorées puis cligna des yeux. Elle n’était pas slave, ses traits n’étaient pas aussi massifs, pas aussi francs et sévères. Une chose pourtant était certaine ; elle n’était pas athénienne. Il se mordit la lèvre inférieure puis leva son index, essayant d’attirer l’attention de la jeune femme :

    « - Ex… Excusez-moi… Le… Le piment que vous venez de prendre risque d’être fort… Sauf si vous avez l’habitude de tout ce qui est pimenté. ».

    Le jeune romain esquissa un faible sourire puis lui désigna une épice beaucoup moins forte en bouche :

    « - Celle-ci est moins forte, plus facile à cuisiner et plus agréable en bouche. ».


    Dorian baissa vivement la tête, balbutiant quelques mots en s’arrachant la peau des ongles, gêné :

    « - Hmmm… Je… Ce ne sont que des conseils… Enfin… Je… C’est meilleur. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité.
Invité
MessageSujet: Re: Tentons de s"y retrouver | PV Dorian   Jeu 21 Juil - 10:43

Cette nouvelle vie à Athènes plaît plutôt à Flavie, qui trouve déjà la ville magnifique et les gens( ceux qu'elle a pu rencontrer) très gentils. Bien sûr, elle se doute que tout ne sera pas tout rose comme ça tout le temps ... Elle aura certainement des mauvais jours, mais c'est ce qui fait partie de son aventure non ?! Bien que les parents de Flavie souhaitent que ce "désir" d'indépendance et d'aventures ne dure qu'un temps, que ça n'est qu'un caprice, pour Flavie il en est tout autrement. Cette aventure ne fais que commencer et pour le moment elle lui plaît. Les rencontres qu'elle a pu faire lui ont plutôt était favorable. Et elle espère bien faire encore de nouvelles rencontres. Ne pas seulement rencontrer que des Athéniens mais aussi des gens venus d'ailleurs ... Il serait intéressant de pouvoir partager différents point de vu sur la vie à Athènes. Pour le moment, Flavie a encore beaucoup à apprendre sur cette ville, mais c'est un peu le but. Que retenir d'une aventure ou d'un voyage si tout se passe vite ?! Flavie aime prendre son temps, et comme pour le moment elle n'a pas vraiment d'autre destinations en tête, elle compte bien rester ici, à Athènes encore un petit moment.

Flâner dans les rues d'Athènes est agréable. Du moins, quand on est nouveau j'imagine. Quand on est Athéniens, bien qu'on soit fier de sa ville, on doit tout de même trouver sa vie banale ... Quand on est nouveau, qu'on vient d'un monde différent, la vie à Athènes nous paraît ... douce, paisible ... Ce qui donne envie d'y rester pour y vivre. Ce qui est loin d'être le cas de Flavie, qui depuis son plus jeune âge ne rêve que de liberté et de voyage .. d'indépendance et d'aventures. Rester à vivre trop longtemps au même endroit fait vite devenir le quotidien ennuyeux et c'est exactement à ça que veut échapper Flavie. Elle a trop longtemps était enfermée à devoir faire ce qu'on lui demander. Et même si "grâce" au mariage de son frère dans une famille Romaine aisée à changer son quotidien, ça n'était pas encore assez intéressant pour Flavie.

La voilà donc à Athènes. Une ville merveilleuses ou elle le sait beaucoup de choses l'attendent. A commencer par ces épices qui sont pour elle, un véritable ... mystère. Même si Flavie s'y connaît un peu en cuisine, elle doit bien avouer qu'elle se demande comment font les gens de l'agora ou même les habitants d'Athènes pour s"y retrouver avec toutes ces couleurs et ces odeurs différentes. Devant toutes ces jolies couleurs, Flavie à du mal à se décider. Elle ne connaît pas vraiment beaucoup de recettes grecs, mais elle sait qu'il y a des épices dans la plupart. Comme le marchand de l'agora est occupé (avec ce monde difficile de s'ennuyer); Flavie devra se débrouiller seule, en espérant bien entendu de ne pas tomber sur un piments trop fort ... Une couleur d'épice attire le regard de notre jolie blonde. Flavie prend un piment en main, et après l'avoir regarder sous différent angles, elle se dit que peut être fera t il l'affaire.

C'est alors qu'une voix s'adressa à Flavie. La jeune femme tourna la tête vers la gauche et remarqua un jeune homme à côté d'elle. C'est lui qui lui avait adresser la parole. Il était plutôt grand, brun, les yeux bleus ... Flavie reconnu aux "vêtements" qu'il portait que sa classe social était .. modeste. Mais il dégager un certain charme surtout avec ce petit air timide qu'il avait en s'adressant à Flavie. La jeune femme le fixa un moment, et regarda alors l'épice qu'elle avait en main. Elle afficha alors un sourire et reposa le piment à sa place se retenant de rire. Le jeune homme lui désigna alors une autre sorte de piment qui était donc selon lui moins forte. Flavie prit alors le piment désigner par le jeune homme et se tourna ensuite vers lui un sourire reconnaissant aux lèvres.

- J'ai eut chaud on dirait. Merci monsieur c'est gentil de m'avoir prévenu. Ça aurait été dommage que je passe ma journée au lit à cause d'un piment.

Du fait de sa "vrai" classe sociale, Flavie n'était pas du genre à dénigrer des personnes parce qu'elles n'avaient pas d'argent. Plutôt sociable et ouverte aux autres, qu'importe la classe sociale. Reportant vivement son regard sur l'étalage des épices, Flavie reposa ensuite son regard sur le jeune homme et lui demanda.

- Vous avez l'air de bien vous y connaître, ce qui n'est pas vraiment mon cas vous l'aurez remarquer. Je me présente, je m'appelle Flavie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 874
MessageSujet: Re: Tentons de s"y retrouver | PV Dorian   Mer 14 Sep - 3:11

    La première réaction de Dorian fut d’écarquiller les yeux puis de baisser la tête, confus et intimidé. Premièrement, elle le regarda, intriguée. Elle ne devait certainement pas avoir l’habitude qu’un esclave ose lui adresser la parole. Mais ensuite, lorsqu’elle reposa le piment sur son stand, pouffant légèrement, ses épaules s’affaissèrent et il put enfin respirer. C’était tellement gênant de voir que des personnes, d’une classe sociale beaucoup plus élevée que la vôtre, vous sourisse, vous regarde attendrie et vous adresse la parole. Dorian déglutit. Lui, il n’osait réellement pas la regarder et même répliquer quoi que ce soit d’autre. Il continuait à écorcher la peau qui entourait ses ongles, comme un enfant. Oui, il se sentait comme un gamin lorsque l’on posait le regard sur lui si naïvement, si gentiment. Un gamin un peu perturbé par tant d’amabilité venant de quelqu’un de fortuné mais un gamin heureux. La tête baissée, il ne put s’empêcher de sourire en pinçant les lèvres.

    Gêné, il passa une main sur sa nuque en soupirant. Elle n’avait réellement pas besoin de le remercier, c’était normal. Son devoir d’esclave était d’aider les gens dans le besoin, surtout les personnes riches. C’était ça, son « métier ». Mais cette situation l’embarrassée. On l’avait remercié et on le traitait comme s’il était l’égal de cette femme riche. Des habits propres, une image soignée, un sourire éclatant et chaleureux. Et lui… Tout ce qu’il avait à offrir, c’était un conseil. Il n’aurait même pas dû lui adresser la parole. Il n’aurait jamais dû. Et si son époux était à côté ? Et si ses suivantes n’étaient pas très loin ? Si quelqu’un d’influant avait vu la scène ? Il aurait des ennuis. Ô, Seigneurs, si Christos l’avait vu adresser la parole à une telle femme ? D’un air soucieux, Dorian jeta un coup d’œil alentour, tournant et retournant la tête dans tous les sens pour voir si quelqu’un était à ses côtés. Mais elle était… Seule ? Une femme de sa condition ? A moins qu’il ne se soit trompé sur sa classe sociale… Non, impossible, elle était bien trop belle, bien trop propre sur elle pour faire partie du peuple. Il baissa un instant la tête puis cligna des yeux. Il était en train de… Paniquer ? Pour quelque chose d’aussi… Anodin ? Après tout, il n’avait été que gentil. Ce n’était juste qu’un conseil, une phrase, un agencement de mots… Ressaisis-toi Dorian… Tu en deviens paranoïaque…

    Le jeune esclave s’humidifia les lèvres puis inclina légèrement la tête comme pour la saluer poliment. Il ne s’y connaissait que parce qu’il avait toujours été esclave. Il ne s’y connaissait que parce que ça avait toujours été lui qui faisait la cuisine. Que ce soit à Rome. Que ce soit chez son maitre. Peu importait l’endroit, c’était toujours lui qui avait tout fait. Quand il entendait les murmures de certains citoyens d’Athènes dire que le pauvre romain ne pouvait pas s’en sortir seul, qu’il n’était qu’une pauvre petite chose sans défense et incapable de se protéger tout seul, ils avaient tord : il pourrait s’en sortir mieux que quiconque dans cette cité. Autonome. Quel grand garçon, hein. Pauvre chose… Il inclina la tête sur le côté, ses cheveux mi-longs encrassés par la poussière et la sueur glissèrent le long de sa joue, il sourit. Un peu hésitant au début, Dorian finit par articuler en bégayant légèrement :

    « - Je… Vous… Vous n’avez pas besoin de me remercier, Madame. Je… Je ne vis que pour aider les citoyens d’Athènes… ».


    Pouvait-il seulement décliner son identité ? Vu qu’elle le lui demandait, ne devait-il pas tout simplement s’exécuter. Un sourire radieux aux lèvres, il écarquilla les yeux, la bouche grande ouverte. Il avait pensé qu’elle était athénienne. Mais… Mais… Ses yeux se posèrent sur la jeune femme, la détaillant de bas en haut. Ce n’était pas très poli. Ce n’était pas ce qu’un esclave devait faire face à une femme de son rang, mais pourtant… Il déglutit. Elle n’était pas athénienne… Pourquoi n’avait-il pas capté une once d’accent dans ses paroles ? Elle devait sûrement être née ici ou être très bien intégrée. Dorian s’approcha légèrement de Flavie. Flavie… Il n’y avait plus de doutes ; elle était bel et bien de sa patrie.

    Sa façon de s’approcher lentement de la jeune femme, les yeux écarquillés et la bouche grande ouverte, on aurait pu croire que l’esclave n’était autre qu’un mendiant venant voler la jolie blonde ou alors qu’il était désireux d’autre chose… Et qu’il aurait pu être capable de la déshabiller devant tout le monde. Mais ce n’était absolument pas le cas. Il ne pourrait pas faire du mal à l’une des siennes. Si le patriotisme était important à Athènes, il l’était aussi à Rome. Très important. Il leva une main mais se retint de justesse de la poser sur celle de Flavie. Il hoqueta un tant soit peu puis ajouta, nerveux :

    « - Je… je suis Dorian. Dorian Fabius. Vous venez de Rome, n’est-ce pas ? Vous… De quelle ville venez-vous ? ».


HRP : Pardonne-moi pour le temps et la piètre réponse ... ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé.
MessageSujet: Re: Tentons de s"y retrouver | PV Dorian   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tentons de s"y retrouver | PV Dorian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» le portrait de Dorian Gray
» Avant que l'on puisse se retrouver... [Libre]
» I'm Back [Dorian & Enora]
» Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
AGORA-CENTRE VILLE
 :: Quartier des Commerces
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Historiques