Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 290
MessageSujet: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 12:51





Philippine
Daphné
Fille d'Icare

J'ai vingt et une années. Je porte avec fierté mes racines athéniennes. Qu'en est-il de mon rang social ? Je suis duPeuple d'Athéna quant à mon avis sur la nouvelle démocratie d'Athènes: je dois avouer qu'elle n'est pas pour me déplaire puisqu'elle permet à de plus en plus de personnes de s'exprimer, de faire enfin entendre leur voix. La nouvelle démocratie permet de se faire une place, même si notre nom n'est pas cousu de fil d'or.... Les divinités me regardent-elles ? Je l'ignore. Néanmoins, je voue un culte tout particulier à la grande Athéna. Elle a su triompher par sa force et son intelligence et elle reste notre protectrice à tous, ici, au sein de la ville à laquelle elle a donné son nom divin.. Enfin je crains la colère de nos Dieux. Je reste lucide face à l'opinion qu'ils ont de nous : nous ne sommes pas dignes de leur intérêt mais nous devons leur vouer un culte naturel et immuable. Sans eux, nous ne serions peut-être pas là aujourd'hui... Même si je reste persuadée que chacun est maître de son destin.



JE SUIS MA LÉGENDE.

On dit que c’est en écrivant que l’on peut se souvenir de certaines choses avec exactitude : je ne veux rien oublier de ma vie, le bon comme le mauvais. J’avais pour habitude de tenir une sorte de journal, comme une part de moi-même que je couchais sur le papier : j’étais mon propre scribe, mon esclave attitré puisque ma condition ne me permet que cela.

Ma chère mère m’avait offert un premier carnet, acheté sur le marché de la ville. J’en avais couvert les pages de futiles enfantines, de sensations propre à mon âge. J’avais alors une dizaine d’année, mon éducation était en effervescence, ma curiosité en éveil. Lire était l’un de mes passe-temps favoris, je me plaisais à apprendre les grands écrits de notre temps, à étudier les avis des grands philosophes. Mère mettait beaucoup de cœur à cet ouvrage : elle avait toujours aimé les lettres, elle voulait qu’il en soit de même pour moi et par chance, j’avais ce même goût qu’elle pour la belle écriture… Mais pas seulement : l’art et l’histoire aussi trouvaient une place importante dans mon cœur. Mon frère, mon cher frère, lui, suivait plutôt les traces de père : après tout, une jeune fille telle que moi dans un camp d’entrainement, ça n’était pas convenable.
Mon enfance et mon adolescence furent heureuses, avec Orion, nous étions entourés d’amour. Notre éducation ne fut pas dictée par la souplesse mais nous ne nous plaignions pas. Malgré notre condition modeste, les dieux s’étaient penchés sur nous et nous avions les qualités nécessaires pour bien avancer dans la vie, une aubaine. Orion suivait le destin de Maître d’Armes de père, je devenais suffisamment érudite pour pouvoir me fondre dans la société athénienne.
Quand je reprends mes écrits, je ne peux que constater à quel point je vivais dans un cocon, une sorte de bulle, quelque chose qui me coupait du monde extérieur. Était-ce l’amour parental qui me faisait cet effet ? Je ne pense pas, je crois plutôt que cette semi-conscience de la vie était due à mon insouciance : j’étais encore une enfant. Vivre choyée, dans une famille heureuse et unie, ça ne forge pas, ça préserve encore un peu de la dure réalité. Tandis qu’Athéna me guidait et qu’Arès offrait à mon frère des perspectives d’avenir, nos parents se voyaient ailleurs…

Dix-huit années… A cet âge, j’étais une femme, j’étais largement prête pour le mariage, j’étais accomplie et je pouvais me prendre en charge, enfin, autant que ce que ma condition de femme me le permettait. Nos parents voulaient profiter de la fin de leur vie et avaient décidé de partir d’Athènes : l’effervescence de la ville les épuisait, ils voulaient le calme et la sérénité. Père me confia à Orion, il serait mon responsable, celui qui devrait de protéger et me surveiller jusqu’à mon mariage. Il avait accepté sans broncher mais moi je l’avais vue, cette lueur dans son regard : nous plongions à deux vers l’inconnu et ça effrayait mon frère, mon modèle.
Mère m’offrit un dernier lot de carnets avant de partir. Je me souviens encore de ses dernières paroles… « Mon enfant, il est temps pour toi de décider de ta vie. Plonge au cœur de ce que tu es et de ce que tu étais pour découvrir ce que tu veux être. Ne te laisse pas soumettre si tu désires vaincre : bats-toi pour ce que tu crois juste. Le nouvel ordre du monde t’ouvre ses bras, à toi de t’y diriger en toute âme et conscience. » Je n’avais pas pleinement saisi ses mots mais je savais que j’allais finir par en comprendre tout le sens le jour venu.
Je les avais regardés partir, les yeux humides, la respiration saccadée. Je savais que leur départ n’avait rien d’une fatalité, mais ça m’avait tout de même ébranlée : c’était le saut dans le grand bain, une sorte de façon de faire éclater violemment cette bulle protectrice dans laquelle j’avais baignée durant mon enfance.

Ces carnets m’ont accompagnée jusqu’ici. Ils regroupent mes aventures au cours de ces trois dernières années, ces années de ma vie d’adulte, ou de femme enfant. Je ne sais pas encore comment me définir : je ne suis pas mariée et j’en suis heureuse mais je n’ai donc pas un statut de citoyenne à part entière. Je viens de relire ces carnets et je me rends compte à quel point ma vie a changé en trois longues années.
Mes connaissances se sont approfondies, mon caractère s’est lui aussi affiné. Mes convictions se sont modelées au fil de mes lectures et de mes expériences, de mes observations aussi. Aujourd’hui, j’en suis à un point où je veux m’investir. Mère avait raison : il est temps de me faire une place au sein d’Athènes, de faire entendre ma voix. Ai-je réellement des choses à dire ? Je le crois, oui, enfin, je vais devoir modeler mes idées, mes envies, mes revendications. Surtout, je vais devoir finir de grandir avant de me lancer dans l’arène. Je ne suis pas une politicienne née, je ne le serai jamais seulement, je suis une femme qui sait des choses et qui ne veut pas se contenter du rôle que la démocratie veut lui laisser : je rêve de me servir de mon esprit pour creuser mon nid et élever mon nom.

Je commence une nouvelle série d’écrits avec un but précis : y retranscrire mon avancée dans la société. Je veux me souvenir de chaque obstacle, de chaque victoire mais aussi de chaque défaite. Je ne veux rien oublier de tout ça, je veux tout garder. En ce moment, les dieux semblent vouloir reprendre leurs présents, les temps sont durs, les anciens nous mettent sans cesse en garde : Orion, lui, dire ne pas craindre leur courroux… Mais moi, malgré mon côté rationnel, je sens bien que quelque chose de mauvais va s’abattre sur nous. Athéna, protège-nous, pardonne aux ignorants et aux rebelles, ils ne savent pas.
Orion ne devrait pas tarder à rentrer, nous avons prévu une balade pour nous retrouver un peu : il est mon temple, la stèle sue laquelle je me repose. Il est plus qu’un frère depuis le départ de Mère et Père, il est mon tout. Sans lui, je suppose que je n’en serais pas là : c’est grâce à lui que je peux espérer me marier un peu plus tard, sans sa protection, j’aurais du me trouver un mari bien plus vite. Il est la sagesse qui calme mes ardeurs d’aventurière. Parfois, quand je le lui demande, il m’apprend quelques petites choses, des choses liées à son art… Mais il n’aime pas, il n’aime pas qu’une femme apprenne à se battre : « La guerre n’a rien d’un jeu. Ce n’est pas l’issue que l’on espère en s’entraînant… » Qu’il en soit ainsi. Voir Orion partir au combat… Je préfère ne pas y penser.
Mes perspectives d’avenir ? Être reconnue pour mon travail et ma vivacité d’esprit. Après, je pense que la volonté des dieux me guidera…




Pseudo et Âge: Aurélie, 19 ans.
Sexe: Féminin
Célébrité choisie: Keira Knightley <3
Comment avez-vous connu le forum ? Comment le trouvez-vous ? Je dois avouer que je ne sais plus très bien... Ce que je peux dire c'est que je suis déjà passée par là... Sous le pseudo d'Eurydice Kerta ! Les aléas de la vie avaient fait que j'avais du partir et puis désormais, après les tumultes de mon existence et tout ce qui va avec et bien, comme promis... Je suis de retour ! J'aime ce forum, le quitter m'avait crevé le coeur et pouvoir revenir et bien... C'est beau !
Présence: : 7/7 en temps normal sauf qu'en été... C'est plus 3 ou 4/7
Code du règlement ? OK by Orion Attis





Dernière édition par Daphné Philippine le Ven 29 Juil - 15:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 881
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 14:56

HAN te revoir toi et en plus sous le pseudo de Daphné ! J'aurai pas rêvé mieux
Rebienvenue à toi ça fait super plaisir que tu reviennes parmi nous. Wink

Si tu as des questions tu sais où me trouver mais je me doute que tu t'en sortiras. Wink

_________________
    It is said some lives are linked across Time. They are connected by an ancient calling that echoes through the ages. Something called DESTINY. © livejournal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 365
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 15:04

Welcome baaaack! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 290
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 15:31

Merci vous deux

Fiche terminée *0*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 255
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 17:00


Eurydiiiiiiiiice *o*

Re-bienvenue \o/ Daphné étant membre à part entière du quatuor infernal, tu as un lien tout fait d'avance avec moi et Néo n.n
Au plaisir de te revoir parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 290
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 17:03

Daph

Roh oui, le quatuor infernal *0*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 467
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 19:34

BON RETOUR EURYDICE. <3
... Pardon, maintenant c'est Daphné. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 270
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Ven 29 Juil - 22:02

Rebienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 290
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Sam 30 Juil - 11:06

Merci les coupains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 881
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   Dim 31 Juil - 12:16

VALIDATION.
Que dire ! *-* Déjà rebienvenue à toi. Ca fait super plaisir que tu aies direct repensé à nous pour ton retour dans le RP, tu nous as manqué. Wink Et puis quel personnage. J'ai bien aimé la tournure de l'histoire, voir comment Daphné compte s'ériger dans la société, comme elle compte changer les choses et pourtant elle sait que c'est dur à Athènes. Non franchement je n'ai rien à redire, tu l'as bien cernée. Wink Te voilà donc validée. Rebienvenue encore ! Tu peux désormais poster tes fiches de relations, voter dans les top sites pour faire connaitre le forum. N'hésite pas à aller quémander quelques RPs aux autres membres, haha. Et il y a l'évènement qui vient de sortir. Bon jeu à toi !

Le Peuple d'Athéna.

_________________
    It is said some lives are linked across Time. They are connected by an ancient calling that echoes through the ages. Something called DESTINY. © livejournal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé.
MessageSujet: Re: Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Daphné Philippine ♠ « L'homme illettré, c'est du bois non travaillé. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une cérémonie bien spéciale [PV (Tarod, Fel, Kanoë)=prio et tous ceux qui le veulent]
» Vitali, le robin des bois en jupe.
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
ATHENIENS, ATHENIENNES
 :: Manuscrit de recensement :: Installés
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit